La nacre

La nacre est vivement irisée

La nacre est vivement irisée par la partie interne de la coquille de mollusques. La nacre des « huîtres perlières » est très souvent utilisée. Également la nacre « burgau » provenant d’un gros coquillage du même nom. C’est une nacre aux reflets éclatants caractéristiques, très employée autrefois pour les branches d’éventail. Aussi la nacre de « Paua » , coquillage de nouvelle-Zélande aux superbes couleurs, reflets bleu et vert.

Elle est utilisée en artisanat d’objets d’art, cadrans de montre, boutons, bijoux de mode. Aussi en marqueterie par incrustations (exemple sur les boites précieuses ou des manches de couteau).

Son aspect laiteux évoque des vertus maternelles et rend ce matériau très féminin, doux et tendre, qui évoque l’amour et la tendresse.

Côté couleurs, on trouve la nacre dans plusieurs sortes de mollusques. C’est leur variété qui donne à la nacre une palette de couleurs infinies : blanc, beige crème, rose en passant par des verts bleutés irisés qui captent la lumière. De plus, la nacre naturelle se teinte ce qui rend attractif cette matière organique et permet une grande créativité. Pour cela on lui applique, après un bain chaud, un pigment pour la couleur souhaitée.

Le travail de la nacre a une dureté, sur l’échelle de Mohs, de 3.5 à 4. Elle a également un tas de vertu (se référer à la lithothérapie). Je vous en cite une : elle aurait la capacité d’adoucir le caractère.

Partager cet article :